Du nouveau au Vicariat de l’Enseignement

Par Marc Deltour

Depuis quatre années déjà, le Vicariat de l’Enseignement est animé selon une collaboration bicéphale : M.F. Montrieux assure la représentation de l’évêque au sein d’une série d’institutions, notamment celles qui concernent l’enseignement libre, tandis que l’octroi des visas et le suivi des cours de religion était de mon ressort.

A partir du 1er septembre prochain, je pars définitivement en retraite et cède avec grand plaisir la place à celui que Mgr Delville a nommé pour les charges que j’exerçais : Jean-Marc Drieskens. 

Après avoir décroché son diplôme d’agrégé en Sciences religieuses de l’UCLouvain, Jean-Marc Drieskens a eu une longue expérience des cours de religion et occupé pendant plus de 20 ans la place de Directeur du Collège St-Barthélemy à Liège. Depuis quelques mois, il est mis au courant d’une série de dossiers à propos desquels nous travaillons déjà ensemble. Il suit aussi de très près tout ce qui touche à l’évolution politique de la place des cours de religion au sein des écoles. A cet effet, il s’est même déjà engagé au sein du Comité consultatif supérieur des cours philosophiques… puisqu’il le préside !

Bref, le témoin est déjà en voie de passation définitive. Je ne doute pas un seul instant que J.M. Drieskens mettra toutes ses compétences au service de l’accompagnement des enseignants et du suivi politique et pédagogique des cours de religion. D’avance, je l’en remercie.

Dans cette ligne, il est bon de vous informer, chère lectrice, cher lecteur, qu’une date a été arrêtée pour la traditionnelle assemblée générale des professeurs de religion : le mercredi 15 novembre prochain après-midi.  Jean-Marc Drieskens et Ingrid BUSA, accompagnatrice pédagogique, reviendront, j’en suis certain, sur cet événement.

En ce qui me concerne, je suis très heureux d’avoir participé à cet effort pour maintenir vivant un authentique cours de religion, le considérant comme un lieu essentiel en matière de formation à la fois philosophique, théologique, citoyenne et spirituelle. Un cours « réussi » est selon moi un cours qui laisse quelques traces positives dans l’esprit et la mémoire des jeunes. Les élèves ne retiennent guère les contenus de nos cours, cela ne signifiant nullement que ces contenus soient sans importance. Au contraire ! Ils retiennent davantage ce qui tient à notre POSTURE (*) d’enseignant : posture intellectuelle (« j’ai apprécié votre cours parce qu’il m’a amené à me poser des questions et à réfléchir » – « vous cherchiez toujours à élever le débat »), posture éthico-spirituelle (« ma grand-maman étant décédée, vous avez inventé sur place une réflexion partagée avec les élèves autour de la question du deuil » – « vous preniez au sérieux la question de la pédocrimiminalité liée aux abus sexuels dans l’Eglise »), posture de professeur (« vous n’étiez pas démagogue »), posture pédagogique (« j’ai eu l’occasion de réaliser mon TFE avec vous »), etc. 

Je suis surtout très heureux d’avoir pu partager avec vous cet effort continu pour défendre un cours de religion de qualité. Très heureux aussi de vous avoir rencontrés et d’avoir continûment découvert combien ce cours vous tient à cœur. 

Passez d’agréables vacances, 

Marc Deltour

délégué épiscopal (2014-2019)

délégué épiscopal adj. (2020-2023)

* La posture engage tout notre être, et donc aussi notre langage non verbal. Cette posture est nécessairement liée à qui nous sommes en profondeur et en vérité. Ainsi ai-je toujours considéré que mon interaction avec telle classe, toujours unique, est un peu comme une micro-psychanalyse. 

Introduction au texte Mission de l’école chrétienne

Par Marc Deltour

Depuis deux ans déjà, un nouveau texte qui met en valeur le projet éducatif de l’enseignement catholique francophone a vu le jour. Ce texte a gardé son nom ancien bien connu : Mission de l’école chrétienne.

Il est né d’une certaine « obsolescence » de l’ancienne édition : par ex. des termes sonnent mal à nos oreilles aujourd’hui, comme celui d’évangéliser. Plus fondamentalement, notre contexte européen de sécularisation rapide et constante* entraîne une « refonte » de nos croyances et, partant, la nécessité de renouveler notre manière de parler aux hommes de notre temps.

Quatre options étaient possibles. La 1ère, celle d’entendre la sécularisation, mais en s’y enfouissant littéralement. C’eut été l’écouter sans tenter de lui répondre. La 2e, à l’inverse, celle d’une reconfessionnalisation de l’enseignement, ou l’option identitaire : un enseignement catholique pour des catholiques. Option déjà abandonnée dès le congrès de 2002, elle n’avait pas de sens pour un authentique projet éducatif. La 3e, plus subtile, aurait pris la voie d’une référence aux valeurs chrétiennes. Beaucoup parlent ainsi, mais c’aurait été, ici aussi, réducteur des ressources portées par le meilleur de la Tradition chrétienne. La voie choisie a été celle d’une recontextualisation, d’une réinterprétation de la tradition éducative portée par le christianisme. Dans l’échange qu’Etienne Michel a eu il y a 4 ans avec les évêques, il était question de mobiliser la référence à la tradition chrétienne de l’éducation pour contribuer à la formation de l’identité des élèves dans un contexte de pluralité des convictions. De cette manière, la référence au christianisme n’est pas banalisée mais assumée de manière explicite comme une référence éducative, tout en s’interdisant toute forme de prosélytisme et en s’adressant à des élèves et des étudiants dont la liberté de penser est également encouragée. 

Ce choix fut donc celui d’une éducation référée explicitement à ses sources, dans un dialogue avec la culture contemporaine. Cela nécessitait de poser un diagnostic sur les évolutions culturelles contemporaines et de penser le devenir de la culture scolaire dans ce contexte. Si la culture d’aujourd’hui tend à être dominée par la satisfaction immédiate et le consumérisme, par l’individualisme et l’utilitarisme, la culture proprement scolaire – et en particulier la culture de l’enseignement catholique – se présente jusqu’à un certain point comme une sorte de contre-culture nécessaire pour penser la mission de l’école au XXIème siècle.

Telle est l’option prise par l’équipe d’une dizaine de personnes, judicieusement choisies et placées sous l’autorité du Professeur Jean de Munck (UCLouvain). Cette équipe a travaillé plus d’une année et les différentes versions du texte ont reçu différentes corrections par les nombreuses personnes engagées au sein de l’enseignement catholique. Equipes diocésaines, directions responsables, fédérations d’enseignement, divers « experts » et j’en passe, autant de membres de la nébuleuse référencée « SeGEC » se sont emparés de la version première pour la faire évoluer vers le produit final. 

Comme le dira Jean de Munck lors de l’université d’été consacrée à ce projet éducatif (en août 2022), l’école se veut un PROJET CULTUFREL pour le XXIe siècle. Les grands thèmes qui ont mobilisé l’écriture du texte ont été : 1°) la personne comme liberté, l’accent étant mis à la fois sur le fait que nous n’existons que grâce à diverses relations constitutives de notre être et de ses capacités ; 2°) la culture (et son articulation aux savoirs) comme ressource pour la liberté. Il s’agissait ici d’éviter le relativisme si fréquent, tout en orientant son regard vers la recherche de vérités validées. Il s’agissait aussi d’ouvrir un espace critique où la dimension spirituelle de la personne puisse trouver des ressources pour se construire dans le dialogue avec d’autres convictions religieuses et/ou philosophiques. Dans une culture qui change, la référence à la transition écologique tient aussi une place particulière. 3°) L’école est aussi un acteur politique à part entière, avec sa part de formation citoyenne, sa référence éthique à l’égalité de tous (femme comme homme par ex.), une attention étant portée à l’inclusion de la diversité. 4°) La question de la place de l’enseignement catholique au sein de l’espace démocratique a aussi rappelé quelques dimensions originales de l’école catholique. Celle-ci se conforme en effet aux exigences pédagogiques de la Fédération d’Enseignement tout en occupant un rôle subsidiaire au sein de l’Etat démocratique. Ainsi quelques éléments originaux restent l’apanage d’une école catholique : par exemple une volonté de proximité entre l’école et ses acteurs qui permet une réactivité rapide en cas de difficultés et de problèmes très divers ou encore un pouvoir de responsabilité (appelé pouvoir organisateur) reposant sur une équipe de personnes qui offrent toutes temps et compétences dans un volontariat gratuit mais professionnel au service d’une ou plusieurs écoles. 

Découvrir le trésor éducatif de ce projet spécifique est possible au sein de chaque école : il suffit pour cela de prendre contact par ex. avec Colette Dethier, conseillère en pastorale (colette.dethier@segec.be) ou avec le vicariat de l’enseignement (vicariat.enseignement@evechedeliege.be).

Marc Deltour

* A ceux qui désirent approfondir cette question, je conseille la lecture d’un opuscule dynamique réalisé par Charles DELHEZ, Eglise catholique. Renaître ou disparaître, Editions jésuites, 2022, 78 p.

Université d’été du SeGEC – L’humain au coeur du changement

Comme chaque année, le Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique vous convie à son Université d’été. Elle se déroulera le vendredi 18 août prochain à l’Aula Magna de Louvain-la-Neuve. Son organisation est, cette année, prise en charge par l’Institut de formation de l’enseignement catholique (IFEC).

Cette journée de réflexion, de formation et d’échanges aura pour thème : L’humain au cœur du changement.

De multiples échanges ont récemment eu lieu sur la soutenabilité de la mise en œuvre de différentes réformes et sur la nécessaire adéquation avec le rythme des équipes au sein des établissements scolaires. Pour le SeGEC, il est indispensable de revenir à l’essence du Pacte pour un Enseignement d’excellence : une dynamique de changement à travers le plan de pilotage, enjeu collectif et espace de coopération, qui doit se déployer avec souplesse, au plus près de la réalité des écoles, sans imposer un timing intenable.

Plus d’informations sur le site du SeGEC.

Les affiches de pastorale scolaire 2022-2023 : « Oser des « pas sages’’ »

Cette série d’affiches nous fait entrer dans l’univers de la bande dessinée et invite à raconter comment, pas à pas, chacun écrit son histoire en marchant avec les autres vers son accomplissement.

Au fil de la vie, nous sommes heureux de pouvoir compter les uns sur les autres pour progresser. Personne ne doit rester seul sur le bord du chemin. Chacun est important et chacun a des ressources à offrir pour faire évoluer ceux qu’il, elle, rencontre.
Nous sommes tous plongés dans une période de transition écologique et sociétale. Nous vivons aussi des passages douloureux dans nos vies personnelles. Ce qui apparaît comme une impasse peut être l’occasion d’un passage vers plus de vie.
Des appels à nous dépasser nous sont lancés. Sortir de sa zone de confort n’est pas facile mais nous amène à découvrir les ressources insoupçonnées qui sont en soi. On ose alors regarder vers les étoiles et partager les expériences qui nous font grandir.
Chacun peut être amené grâce aux autres à faire des pas audacieux, un peu fous (1) parfois, qui font découvrir le « plus » qui est en soi et qui révèlent à nous-même et aux autres de nouveaux passages.
Nous devons cette série d’affiches au talent et à la créativité de Grégoire Emeric et à ses professeurs : Linda Vallejo et ses collègues de l’Institut Saint-Luc de Liège.
(1) Ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre les sages. 1 Corinthiens 1, 28

Les affiches et les pistes d’animation peuvent être téléchargée via le padlet du CIPS

Mission de l’école chrétienne à l’Université d’été du SeGEC

Par Colette DETHIER

Chaque année, durant le mois d’août, le SeGEC propose à tous les acteurs de l’enseignement une journée intitulée : Université d’été.

En août 2022, le thème de cette journée tournait autour de la Mission de l’école chrétienne, avec plusieurs intervenants qui se sont relayés durant toute la journée pour faire découvrir ce document mis à jour récemment.

Tous les éléments de cette « université » sont centralisés dans un padlet que vous trouverez sur le site de la Pastorale scolaire Liège, option « Outils ». Tous les documents, vidéos et autres peuvent être téléchargés à partir de celui-ci.

Il se présente sous forme de 13 colonnes :

La première colonne, reprend le texte officiel MEC ainsi que celui pour l’enseignement supérieur de promotion sociale.

Dans la deuxième colonne vous trouverez plusieurs vidéos :

  • Vidéo qui présente le texte en général
  • Une école libre dans un état de droit
  • Eduquer, c’est espérer
  • Une éducation dans une société démocratique
  • Une éducation par la culture
  • Une éducation pour la personne

La troisième colonne vous présente 4 PowerPoint

  • MEC sous forme de plan
  • Historique du nouveau texte : présentation des scénarios, contexte pour une refonte et lignes de force du nouveau document
  • Au cœur du projet éducatif : au centre « la personne »
  • Le bien commun

Les sept colonnes qui suivent présentent chacune une des conférences :

  • Etienne Michel, directeur général du SEGEC (secrétariat général de l’enseignement catholique), présente le programme de la journée.

 « L’enseignement, nous le savons ne se tient jamais à distance de l’histoire du monde, comme peuvent en témoigner les directions d’école et les équipes éducatives confrontés au défi quotidien de poursuivre leur mission dans des conditions qui peuvent être parfois difficiles. La petite histoire de l’enseignement catholique en Belgique francophone s’inscrit ainsi dans la « grande histoire des hommes » en train de se faire. »

Trois vidéos : introduction /4 scénarios /4 thématiques et le document PDF, synthèse

  • Myriam Gesché, déléguée épiscopale pour le Diocèse de Tournai. Thème de sa conférence : Porte d’entrée dans Mission de l’école chrétienne.

 « Ce projet éducatif s’inscrit dans une longue histoire qui nous nourrit. Ce riche héritage, l’école catholique se fait un devoir de le revisiter régulièrement pour s’orienter vers l’avenir en rencontrant de nouveaux défis. Le christianisme n’occupe plus une position hégémonique dans notre société. Cela lui permet de retrouver une place plus juste pour nos contemporains »

Cinq vidéos : présentation de MEC / le bien commun / la personne / la culture et la maison commune et le document PDF reprenant ces interventions.

  • Vincent Flamand, philosophe, théologien et enseignant : Transmettre ce qui ne s’enseigne pas.

 « Le christianisme, ça peut être l’amour inconditionnel, l’agapè. Et l’agapè fait voler en éclats les identités. C’est-à-dire qu’au fond, le sens profond d’une école catholique, si elle vit en fidélité à son héritage, c’est de dépasser toutes ces frontières et ces barrières d’identités pour s’ouvrir à chacun. »

Six vidéos : introduction / La question de l’universalité et de la spécificité / la question du temps / les questions en souffrance / question de sens / question de l’inconscient, du lien aux autres, le document synthèse en PDF, plus « Ce que n’est pas MEC »

  • Jean de Munck, sociologue et docteur en philosophie, professeur de sociologie à l’UCL : un projet culturel pour le XXIe siècle.

 « Eduquer des personnes veut dire : fournir à chacun et chacune les ressources nécessaires pour réussir sa vie, c’est-à-dire choisir, en connaissance de cause et sans contrainte, une forme de vie ; et réaliser effectivement ce choix avec les autres, dans le monde politique et socio-économique. L’éducation a pour nous un sens éthique, au sens fort et englobant du terme. C’est ce fil très solide qui nous relie à la grande tradition chrétienne… »  

Six vidéos : introduction / deux notions clefs : la personne et la culture / l’articulation des savoirs / moral et esthétique : comprendre, juger, créer / la dimension spirituelle / l’école, acteur politique, et le document synthèse en PDF.

  • David Renders, docteur en droit et philosophie, professeur à l’UCL : La liberté d’enseignement : singulière ou plurielle ?

 « La liberté de l’enseignement dans son contenu, c’est un ensemble de prescriptions – de prescriptions constitutionnelles – : La liberté de l’enseignement, le droit à l’enseignement, l’égalité dans l’enseignement et l’égalité de l’enseignement. La liberté d’enseignement, en Belgique, c’est donc une liberté plurielle et même plurielle en sens divers. Et par le caractère pluriel qui est le sien, la liberté d’enseignement à la belge est tout à fait singulière en Europe. »

Cinq vidéos : introduction / la liberté d’enseignement dans son contexte / la liberté d’enseignement dans son contenu / la liberté d’enseignement dans son contrôle / conclusion et PDF synthèse

  • Bernard Feltz, biologiste et philosophe, professeur de philosophie des sciences à l’UCL : enjeux pour l’enseignement supérieur et de promotion sociale.

« Le Projet moderne au 18e siècle s’inscrivait dans une confiance absolue dans les capacités de la raison. La modernité critique au 21e siècle renoue avec une confiance en l’humain en prenant en compte la finitude de la raison. C’est une réconciliation de l’humain avec ses limites, avec lui-même. Notre monde ne sera jamais parfait. Il nous appartient pourtant de l’améliorer. C’est une tâche infinie mais non vaine. C’est notre responsabilité. C’est notre grandeur. »

Quinze vidéos : un projet éducatif renouvelé dans une époque en mutation / introduction/ modernité, rapport au bien, au vrai, au politique / émergence de la modernité/ crise de la modernité / propositions contemporaines / rationalité épistémique / rationalité herméneutique / rationalité téléologique / enjeux sociétaux / point de vue institutionnel / point de vue ecclésial / point de vue de la société civile / point de vue international/ ouverture, plus document PDF

  • Marthe Nyssen, docteur en économie, professeur du département d’économie à l’UCL : L’école crée-t-elle de la valeur économique ?

 « L’école produit de la valeur économique, si on approche l’économie avec un regard substantif. La collectivité nous transmet des missions d’intérêt général à nous acteurs du non-marchand, et nous avons donc une responsabilité sociale, sociétale toute particulière dans le déploiement de nos services. Le non-marchand rassemble les plus nobles de notre société. Et donc notre responsabilité est de contribuer à l’indispensable et urgent double encastrement de l’économie entre le plafond environnemental et le plancher social. »

Cinq vidéos : introduction / pour une vision large de l’économie / le non marchand produit–il de la valeur ? / la Grande Transformation à la Grande transition / pédagogie de la transition, plus le PDF

Les deux dernières colonnes vous présentent les outils créés par le Service d’étude du SEGEC.

  •   Un folder à l’attention des parents que vous pouvez télécharger à partir du Padlet
  • Des outils d’animation et de communication :

1. Des mots pour le dire : un jeu de carte avec un timing et variante selon vos choix en animation de groupe ou pour illustrer vos diverses. communications. C’est une sélection de phrases qui permet une entrée dans le texte.

Particulièrement adapté à des petits groupes. 

2. Photolangage : jeu de cartes permettant une entrée dans le texte à travers une sélection d’images et de photos, issue entre autres de Mission de l’école chrétienne.

La dernière colonne vous renvoie directement sur le site du SEGEC

Pour tous renseignements ou pour vous aider lors d’une journée pédagogique ou autre, vous pouvez toujours me contacter : colette.dethier@segec.be

                                                                                        Colette Dethier

Du neuf pour le journal « En Vue »

N’hésitez pas à vous rendre sur le site de la Pastorale scolaire de Liège option « outils », journal « En Vue juin 2023 » pour visiter toutes les activités pastorales de cette année scolaire, au niveau secondaire / fondamental / projets menés en commun / dans les écoles et aussi les Activités de SDJ (préparation des JMJ, entre autres).

Dès le début de l’année scolaire prochaine, je demanderai par l’intermédiaire des professeurs relais mais aussi et surtout par le biais des directions de la commission pastorale scolaire de proposer à tous les établissements catholiques de partager leurs activités en matière Pastorale. Celles-ci seront stockées dans un Padlet intitulé : «  En Vue… de partager « . Ce serait pour les écoles et les membres des groupes de soutien à la Pastorale, une mine très riche de diverses activités. Il suffirait de remplir un tableau comme ci-dessous. En rajoutant à l’occasion des photos.

Ecole : ……………….

Professeur de contact :  NOM / PRENOM / TELEPHONE…………….

Thème de l’activité : ……………….

Quoi ?Qui ?CommentQuand ?Ressources
Étapes concrètes de l’activitéPersonnes concernéesComment allons-nous procéder ?A quelle occasion et à quelle date ?Quels sont les moyens utilisés ?

    
Pour tous renseignements, contactez-moi : colette.dethier@segec.be

Blaise Pascal – 400 ans après…

Le 19 juin 1623 naissait le célèbre scientifique, théologien et philosophe Blaise Pascal.

La Libre du 1er juillet lui consacre deux pages en interrogeant deux philosophes contemporains (croyant et athée) qui lui rendent hommage.

Pour approfondir, La Croix L’HEBDO a publié un numéro spécial consacré au philosophe.

A lire également: Voilà ce que c’est que la foi : 15 textes présentés et commentés par Jean de Saint-Cheron disponible chez Siloë.

Bonne lecture!

Un Padlet pour mettre en oeuvre des projets culturels et artistiques au cours de religion

Dans le cadre de la mise en œuvre du PECA (dispositif prévu par le Pacte d’Excellence), et depuis la rentrée de septembre 2021, une équipe de référents culturels est active dans notre réseau, pour soutenir et encourager les enseignants dans la mise en œuvre de projets culturels et artistiques. Ils participent par ailleurs à l’articulation entre le monde culturel et le monde scolaire mise en place pour faciliter ces projets. L’enjeu étant également de travailler la pluridisciplinarité, souvent induite par la réalisation de ces projets. Ainsi, au cours de religion catholique, nous avons puisé une série de ressources brutes concernant la thématique du corps mis en perspective à l’heure du numérique et des réseaux sociaux. La perception de soi, l’image que l’on renvoie à l’autre… la quête d’identité mais aussi  les préjugés et toutes les autres exclusions qui suscitent repli, fuite ou colère et violence. La question existentielle centrale demeure: Qui suis-je?

Nous vous souhaitons une belle découverte sachant que ce Padlet est susceptible d’évoluer et de se compléter… 

La revue « Informations » est disponible

Le denier numéro de la revue « Informations » est disponible. Vous pouvez le télécharger gratuitement ici.

Il ne s’agit pas dans ce numéro de traiter de la place de la femme dans l’Eglise même si Francis Laurent l’évoque dans une de ses contributions mais plutôt d’évoquer la vie de « grandes dames » de l’Eglise.

Les auteurs ont choisi de parler de Marie, de Thérèse d’Avila, de Thérèse de Lisieux. Chacune a été reconnue par l’Eglise comme modèle de vie, de foi et de spiritualité.

Bonne lecture!